Chronique citoyenne
  Municipales : des élus et des battus.
  Reporté au 28 juin, le deuxième tour des élections municipales va ouvrir à des citoyens handicapés les portes des mairies. Avec quels nouveaux élus et candidats en ballotage ? Panorama.


 

             Au lendemain du premier tour des élections municipales le 15 mars dernier, la population a été enfermée à domicile à cause de l'épidémie de coronavirus Covid-19. Conséquence logique, le second tour prévu le dimanche suivant a été annulé et il doit se dérouler le 28 juin dans les 4.816 communes qui n'ont pas élu leur conseil municipal dès le 15 mars. S'il est impossible de présenter les résultats de tous les citoyens handicapés, voici ceux que nous avons repérés.

Les élus du 1er tour.


Maire sortant de Blancafort (Cher), Pascal Margerin (amputé tibial) réunit plus des deux-tiers des voix sur la liste qu'il conduisait. Nancy Marchetti (sourde), 2e sur la liste socialiste, a été élue dès le 1er tour au conseil municipal de Vandoeuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). A gauche encore, Didier Bouteiller (paraplégique) siège au Grand Quevilly (Seine-Maritime) sur la liste du maire socialiste sortant. Gauche toujours, à Pantin (Seine-Saint-Denis) avec le 3e mandat de Philippe Lebeau (infirme moteur cérébral). Et à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), Julien Mengeaud (handicapé moteur) a entamé son 3e mandat. A Cenon (Gironde), Alexandre Ribeiro (infirme moteur cérébral) est le seul élu de la liste diversifiée qu'il conduisait. A la suite de son élection au conseil municipal de Reims (Marne), Badia Allard (handicapée moteur) a été nommée adjointe au maire Les Républicains. Jusqu'alors conseiller municipal de Grandville (Manche), David Gall (handicapé moteur) a conduit à quelques kilomètres sa propre liste à Donville-les-Bains qui n'obtient que trois sièges dont le sien. Bien que 33e sur la  liste UDI, Julien Compan (sourd) a été élu à Massy (Essonne), de même que Patrick Auffret (sourd) à Saint-Derrien (Finistère). Idem pour Louis Cuenin (handicapé moteur) à Montbéliard (Doubs) sur une liste divers droite, et Pascale De Mets (handicapée moteur) à Lys-lez-Lannoy (Nord).

Parmi les municipalités dont les maires sortants du parti de droite Les Républicains sont réélus, on relève un "coup double" à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) : outre le conseiller régional Pierre Deniziot (handicapé moteur) qui retrouve son siège au conseil municipal, l'aviatrice paraplégique Dorine Bourneton est élue.
De même que Virginie Cronier (sourde) à Caen (Calvados), Pascal Carré (sourd) à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire), William Renault (handicapé moteur) à Lavaur (Tarn) tous élus ou réélus sur des listes de maires sortants Les Républicains. Enfin, Eléonore Laloux (handicapée mentale) semble être la première personne trisomique à siéger dans un conseil municipal, celui d'Arras (Pas-de-Calais) où elle était 30e sur la liste du maire sortant Les Républicains (l'autre candidate trisomique, Mathilde Planchon, est battue à Boujan-sur-Libron (Hérault).

 

Image : Margerin, Bouteiller, Lebeau, Deniziot
Image : Laloux, Murat, Jammes, Rozoy.
Image : Peysson, Maurin, Bouakkaz, Peytavie.

 

Les battus du 1er tour.

30.166 communes ont élu leur conseil municipal dès le 15 mars dernier. Dont Corbie (Somme) où Nathalie Anseaume (sourde), avant-dernière sur la liste divers droite, n'avait aucune chance. Pourtant tête de liste à Rodez (Aveyron), l'handipreneur Jean-Philippe Murat (handicapé moteur) ne sera pas conseiller municipal, sa liste éliminée du second tour avec 8,36% des voix n'ayant pas fusionné avec l'une des trois encore en lice. 14e sur la liste des Verts dans le 20e arrondissement de Paris qui n'a obtenu que 11,43% des voix, Stéphane von Gastrow (aveugle) n'a pas été retenu sur la liste de fusion PS-Les Verts. L'une des réformatrices du CNCPH, Carine Radian (sourde), était 38e d'une liste centriste à Colombes (Hauts-de-Seine) mais elle n'a pas été retenue sur celle du 2e tour issue de la fusion avec Les Républicains. A Montpellier (Hérault), le "Monsieur Accessibilité" de la Fédération des Aveugles de France, Thierry Jammes (aveugle) est victime du refus de fusion de la liste LREM sur laquelle il était en 3e position, faute d'accord avec l'une des deux listes présentes au second tour. Même sanction à Paris 15e arrondissement pour El Moctar Jeledi (handicapé moteur) qui était 5e sur une liste Cédric Villani qui n'a recueilli que 7,05% des voix et n'a pas fusionné. Candidate sur une liste centriste qui n'obtient que 7,3% des voix, Dominique Dumouchel (sourde) échoue à Narbonne (Aude). A Dijon (Côte d'Or), Charles Rozoy (handicapé moteur) a quitté dès 2017 le camp du maire sortant, François Rebsamen, pour se rallier à LREM éliminée du second tour. Pourtant bien placé sur la liste divers gauche de Chaponost (Rhône), Vivien Laplane (sourd) échoue puisqu'elle n'obtient que quatre conseillers. Rétrogradé de 21e à la 31e place de la liste écologiste du second tour, Hocine Zergaoui (sourd) ne sera pas élu à Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne). Liste éliminée du second tour à Bergerac (Dordogne) et pas de siège pour Valérie Lachaud (sourde). Bien que 2e sur la liste diversité portée par Hamada Traoré (poursuivi pour apologie du terrorisme parce qu'il a contesté le 24 octobre 2019 la version officielle du meurtre par un employé sourd de quatre collègues à la Préfecture de police de Paris), Cynthia Pastor (sourde) n'est pas élue à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). 3e de la liste union de la gauche à Toulouse (Haute-Garonne), Régine Lange (handicapée moteur) est pourtant absente du second tour, victime d'un désistement sans fusion. A Vertou (Loire-Atlantique), Bernard Peysson (aveugle) était 6e sur la liste écologiste qui n'obtient que quatre élus. 12e sur la liste de gauche qui n'obtient que quatre élus, Véronique Gruneissen (sourde) ne siègera pas à Tourcoing (Nord). 34e d'une liste unique alors qu'il n'y avait que 33 sièges à pourvoir à Moncoutant-Sur-Sèvre (Deux-Sèvres), Christian Geffard (handicapé moteur) ne siègera qu'à la faveur d'une défection. A Villepinte (Seine-Saint-Denis), Elies Ouadah (handicapé moteur) était 39e sur 41 d'une liste LREM éliminée du second tour.

Certains d'être élus au 2e tour.


Reporté au 28 juin du fait de l'épidémie du Covid-19, le second tour de l'élection municipale est déjà gagné pour certains candidats handicapés bien placés. C'est le cas pour Matthieu Annereau (aveugle) qui mène la liste LREM à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), sans aucune chance d'en devenir maire du fait de la 3e place de sa liste au 1er tour. De même, l'activiste Odile Maurin (handicapée moteur), 8e sur la liste Archipel (divers gauche) à Toulouse (Haute-Garonne) sera élue quel que soit le résultat du duel qui l'oppose au maire sortant. Pier Carlo Businelli (aveugle) devrait retrouver son siège de conseiller municipal à Saint-Martin du Tertre (Val d'Oise), placé 3e sur une liste d'opposition de gauche au maire sortant de droite.

En ballotage.

Délégué interministériel au développement de l'apprentissage dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, le macroniste Patrick Toulmet (polio) tourne le dos aux partis de droite (il fut à l'UMP puis à l'UDI) et figure en 13e position d'une liste de gauche à Sarcelles (Val d'Oise) menée par l'ancien maire (1997 à 2017) ex-socialiste François Pupponi. A Paris, le conseiller sortant dans le 20e arrondissement, l'ex-socialiste Hamou Bouakkaz (aveugle) a dû changer d'arrondissement, le 11e où il est 3e de liste, et se rallier au droitier Pierre-Yves Bournazel lui-même rallié à la macroniste Agnès Buzyn (ministre de la Santé jusqu'en février dernier), pour espérer revenir au Conseil de Paris. Par contre, Yanis Bacha (handicap moteur) qui fut le premier conseiller communication presse (mai 2017 à juillet 2018) de la secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel (ce qu'il omet de mentionner sur son profil Linkedin) n'est que 8e de liste LREM dans le 12e arrondissement ce qui ne lui rapportera, au mieux, qu'un siège au conseil d'arrondissement. De même que Joël Nekkab (handicapé moteur) dans le 19e arrondissement, 29e sur la liste soutenant la maire sortante Anne Hidalgo. Ballotage très favorable en revanche pour Lahanissa Madi (handicapée moteur), 12e sur la liste du maire sortant (ex-socialiste) de Villeneuve d'Ascq (Nord) qui a obtenu plus de 46% des suffrages au 1er tour. Seul maire sortant sourd en France, Thierry Klein fait partie des 12 candidats en lice à Chambrey (Moselle) pour un seul siège non pourvu au 1er tour dans cette commune de 340 habitants. Conseiller sortant, le journaliste Jacques Dejeandile (paraplégique) est à la limite de l'éligibilité pour un 3e mandat sur la liste du maire sortant Les Républicains à Nice (Alpes-Maritimes). Peu de chance également pour le président de Young Deaf Marseille, Anthony Bérard (sourd), 17e sur la liste Les Républicains du 7e secteur de Marseille (Bouches-du-Rhône), devancée de 15 points au 1er tour par celle du Rassemblement National qui devrait conserver cette mairie. Contexte plus confortable à Poitiers (Vienne) pour Christophe Touchais (sourd), 35e sur la liste du maire socialiste sortant arrivé en tête au 1er tour et qui se retrouve favorisé par une triangulaire au 2e. De même que pour Karine Marin-Roguet (sourde), 14e sur la liste sans étiquette de Bouray-sur-Juines (Essonne) arrivée largement en tête le 15 mars. Scrutin triangulaire assez ouvert pour Ruth Thomas (sourde), 11e sur la liste centriste de Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne). Mais pas pour Camila Marin (sourde) dont la 18e place sur la liste écologiste de Vanves (Hauts-de-Seine), 3e au 1er tour, lui laisse peu de chances d'être élue dans une triangulaire. Incertitude également pour Guillaume Brize (sourd), 7e d'une liste divers droite à Jassans-Riottier (Ain). Rien ne garantit que Georges Abbamonte (handicapé moteur) retrouve le siège de conseiller municipal perdu en 2014, il est 13e sur l'une des deux listes de gauche qui s'opposent au sein d'une quadrangulaire au second tour à Narbonne (Aude). Quant à Dominique Maignan (handicap moteur) au Mans (Sarthe), sa 21e place sur une liste de gauche ne lui laisse guère de chance face à celle du maire socialiste sortant.

A Sarlat-la-Canéda (Dordogne), Sébastien Peytavie (handicapé moteur) avait échoué lors de l'élection au Parlement Européen en mai dernier mais devrait devenir conseiller municipal, il est en 5e position sur la liste d'union de la gauche. Pascale Isel (aveugle), 4e sur une liste divers gauche-écolo devrait être élue à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne). Situation également favorable à Thionville (Moselle) pour Anita Fatis (handicapée moteur), éphémère conseillère municipale alors de gauche en 2014 et 8e sur la liste du maire sortant qui a quitté Les Républicains mais reste de droite. Peu de chances par contre pour Kevin Carnec (handicapé moteur), 27e sur la liste LREM dans une quadrangulaire à Lorient (Morbihan). Le score serré au 1er tour des trois listes en présence à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) laisse la possibilité à Raphaël Bouton (sourd), 17e sur la liste d'union de la gauche, d'être élu. A Rodez (Aveyron), Pierre Raynal (tétraplégique) ne peut espérer siéger que si sa liste est gagnante de la triangulaire du 2e tour, ce qui ne devrait pas se produire. Jeu plus ouvert pour Annie-Claude Poirat (handicapée moteur) à Cognac (Charente), la liste de gauche sur laquelle elle est 20e ayant fait un score assez proche de 3 des 4 listes en lice au second tour. Conseiller sortant de Carpentras (Vaucluse), Joël Botreau (handicapé moteur) pourrait effectuer un 3e mandat grâce à une triangulaire, il est 12e sur la liste de gauche. Candidate sur la liste de gauche en 2014, Latifa Gilliotte (handicapée moteur) devrait être élue à Belfort (Territoire de Belfort) grâce à son ralliement au maire sortant Les Républicains qui a réuni 48% des suffrages au 1er tour.

Battus d'avance ou candidats alibis.


Même si le second tour des élections municipales ne s'est pas encore déroulé, des candidats handicapés savent déjà qu'ils ne seront pas élus. Ainsi, Olivier Corjon (sourd) fait de la figuration en fond de liste Les Républicains à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) et n'a aucune chance d'être élu malgré les 44% de suffrages au 1er tour. Idem pour Sadik Cassim (sourd), candidat malheureux aux législatives de 2012 pour Debout la France (lire l'actualité du 24 mai 2012), en 41e position sur la liste LREM à Poitiers (Vienne) qui ne peut espérer l'emporter. Avant-dernière sur la liste de gauche du maire sortant, Rolande Lancien ne retrouvera pas son siège à Mayenne (Mayenne). Même sort à Lillers (Pas-de-Calais) pour Denis Laversin (handicapé moteur), 26e sur 31 candidats de la liste de gauche.


La Rédaction, juin 2020.

 



| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2020. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page