Accueil Mél News Espaces Vie pratique Tribus Emploi Archives de cette rubrique RSS
  L'actualité française du handicap.
 
Mars 2017.

Lecture de cette page par la synthèse vocale de ReadSpeaker.

 

Vendredi 31 mars - La perle de la semaine.
La Délégation Ministérielle à l'Accessibilité publie le bilan au 1er février dernier du dépôt d'Agendas d'Accessibilité Programmée (Ad'Ap) créé par la réforme de l'accessibilité du 26 septembre 2014. 196.604 Ad'Ap ont été déposés dans les Préfectures, 606.656 Etablissement Recevant du Public sont dans le dispositif dont 83.508 sous prorogation. Diverses cartes mettent en évidence les départements plus actifs que d'autres, dont une rapporte le nombre d'Agendas à celui de la population. On remarque toutefois que les graphiques publiés dans un format image difficilement lisible par un "voyant" sont doublés d'une version texte qui en explique le contenu, mais sans en restituer les données. Résultat, les infos publiées par la Délégation Ministérielle à l'Accessibilité ne sont pas accessibles !

Jeudi 30 mars - Accessibilité - Un registre dans les ERP.

Les exploitants d'Etablissements Recevant du Public et d'installations ouvertes au public ont jusqu'au 30 septembre prochain pour élaborer le registre de leur accessibilité qui pourra être consulté par un usager sur simple demande, prévoit un décret publié au Journal Officiel. "Ce registre mentionne les dispositions prises pour permettre à tous, notamment aux personnes handicapées, quel que soit leur handicap, de bénéficier des prestations en vue desquelles l'établissement a été conçu." Cela concerne également les services de transport collectif. Ce registre, dont les informations qu'il doit contenir sera défini par un arrêté à paraître prochainement, a été créé par la loi du 5 août 2015 ratifiant l'ordonnance de réforme de l'accessibilité du 26 septembre 2014. Cette information sur l'accessibilité des ERP des 1ere à 4e catégories avait été instituée par le décret du 17 mai 2006 d'application de la loi du 11 février 2005 qui a été modifié le 30 avril 2009, cette mise à disposition aux usagers du diagnostic d'accessibilité étant alors supprimée sans réaction des associations de défense...

Mercredi 29 mars - Institutions - Exil en Belgique.

Inspecteur Général de l'Action Sociale, Christian Dubosq a remis à la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, un rapport de mission "Appui au dispositif visant à mettre un terme aux 'départs forcés' de personnes handicapées en Belgique". Actuellement, près de 8.000 enfants, jeunes et adultes handicapés ont été contraints à s'exiler Outre-Quiévrain pour bénéficier d'une prise en charge éducative ou médico-sociale (lire l'actualité du 8 juin 2016). Il rappelle que les trois-quarts des exilés sont originaires des régions Hauts-de-France et Ile-de-France, et constate que les départs vers la Belgique se sont nettement poursuivis pendant le premier semestre2016, +356 adultes. La mission "estime nécessaire en 2017, voire en 2018, de renouveler une mesure budgétaire dédiée à cette politique, en la réservant aux 6 régions les plus concernées par les départs vers la Belgique", tout en se gardant d'en proposer le montant. Elle relève également que "les autorités françaises conviennent que des accueils en Belgique sont 'légitimes' dans des conditions bien définies et en particulier de qualité".

Tourisme - Amiens Destination pour Tous.

Outre la station thermale et balnéaire de Balaruc-les-Bains (Hérault) pour les handicaps auditif et mental, le coeur historique d'Amiens (Somme) reçoit la marque Destination pour Tous au titre des handicaps moteur et visuel. Attribuée par la Direction Générale des Entreprises (DGE) du ministère de l'Economie et des finances, la marque Destination pour Tous vise à repérer et promouvoir des territoires dont l'attrait touristique s'accompagne d'une accessibilité aux visiteurs handicapés des sites majeurs, de même que d'hébergements et restaurants de gammes diverses, de transports accessibles et de services d'aide à la personne. Cette marque n'a été délivrée que trois fois depuis sa création en 2014, la première ville récipiendaire étant Bordeaux (Gironde). Compte-tenu des prochaines échéances électorales qui entraineront un changement de gouvernement, le 4e appel à candidatures pour Destination pour Tous qui devait être lancé en janvier dernier a été annulé. La DGE envisage de refonder Destination pour Tous afin de faciliter la vie des territoires, prenant ainsi acte de la grande difficulté de candidater alors que l'accessibilité du cadre bâti et des transports a été réformée par l'ordonnance du 26 septembre 2014 pour la réduire et la simplifier.

Mardi 28 mars - Politique - Montchamp préfère Macron.

Secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées dans les gouvernements Raffarin (2004-2005) et Fillon (2010-2012), Marie-Anne Montchamp annonce son ralliement à la candidature d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. Soutien de Nicolas Sarkozy lors de la Primaire de Droite de novembre dernier, Marie-Anne Montchamp avoue ne pas adhérer au programme très conservateur du candidat de son parti Les Républicains, François Fillon, notamment en matière de propositions concernant les personnes handicapées. Elle estime que le candidat d'En Marche! présente "le projet le plus innovant, le plus en phase avec la société d'aujourd'hui".

Samedi 25 mars - Loisirs/Cécité - Atterrissage sans les yeux.

Pour la première fois, un pilote aveugle a fait décoller, voler et atterrir un avion de tourisme sans l'assistance du second pilote "de sécurité", relate Aerobuzz. Ce vol en autonomie a été effectué par le président et fondateur de l'association Les mirauds volants, Patrice Radiguet, au moyen d'un système sonore d'information et de guidage, le Soundflyer. Lire cet article.

Vendredi 24 mars - Citoyenneté - Comment voter ?

Le site d'information de l'administration Service Public diffuse une page actualisée sur les dispositions légales et réglementaires régissant le vote des personnes handicapées. Elle rappelle les conditions de communication des propagandes des candidats, l'aménagement des bureaux de vote "dans la mesure du possible", l'obligation d'accessibilité des opérations électorales, le droit de se faire accompagner et assister au besoin par un tiers. Elle rappelle que les personnes sous curatelle ou tutelle ont le droit de voter, mais omet de préciser que ce droit peut être retiré par le juge des tutelles.

Jeudi 23 mars - Éducation/Surdité - Pas d'agreg' LSF.

Le ministère de l'Éducation nationale annonce la publication d'un arrêté de création d'une agrégation des "langues de France". Ces concours de recrutement de futurs enseignants de haut-niveau seront organisés à la rentrée 2018 pour le breton, le corse et l'occitan, et en 2019 pour le basque et le catalan, puis ultérieurement le créole et le tahitien. Bien que reconnue depuis 16 ans comme langue d'enseignement, la Langue des Signes Française, qui est une langue de France, ne figure parmi les options de cette nouvelle agrégation. Le ministère de l'éducation nationale n'a pas été en mesure d'expliquer cette lacune.

Mercredi 22 mars - Cécité/Loisirs - Concours Onkyo braille.

Cette année encore, la compagnie audiovisuelle japonaise Onkyo organise un concours mondial de valorisation de l'écriture braille pour en montrer l'intérêt et l'actualité alors qu'elle est de plus en plus menacée par l'écriture informatique et la lecture sonore. Les auteurs aveugles non professionnels sont conviés à participer, les lauréats étant primés (jusqu'à 2.000$ pour le vainqueur, cf. le palmarès 2016). Pour la France, la Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes (CFPSAA) est chargée de recueillir d'ici le 19 mai prochain les essais des concurrents, au format numérique rédigés en anglais ou dans votre langue maternelle, d'un maximum de 1.000 mots. Renseignements et envoi des textes par mél.

Mardi 21 mars - Institutions - Éducateur accusé de viols dans le 28.

Un éducateur travaillant dans un foyer de Châteaudun (Eure-et-Loir) accueillant des personnes handicapées mentales a été mis en examen pour viols et écroué. Employé depuis cinq ans comme aide médico-psychologique, il aurait abusé sexuellement au moins trois pensionnaires et une collègue de travail. L'agresseur présumé a contesté les faits, reconnaissant seulement une relation consentie avec une pensionnaire. Les enquêteurs ont toutefois pris soin d'interroger les premières victimes identifiées pour corroborer leurs récits, au-delà de leurs difficultés à situer les agressions sexuelles dans le temps. L'enquête judiciaire cherche également à savoir si d'autres pensionnaires ont été ainsi agressés.

Lundi 20 mars - Société - Réintégration et handicap.

La Chambre Administratrice d'Appel de Nantes (Loire-Atlantique), ville dans laquelle est basé le service de l'état-civil des étrangers naturalisés, a jugé qu'un étranger qui perçoit une Allocation aux Adultes Handicapés pour restriction substantielle et durable dans l'accès à l'emploi ne pouvait pour ce seul fait voir sa demande de naturalisation rejetée par les services de l'Etat. Dans cette affaire, un Algérien demandait sa réintégration dans la nationalité française, que le ministre de l'Intérieur avait rejetée en janvier 2013. Il se fondait sur le fait que "l'intéressé, qui était titulaire de cette allocation accordée en compensation de son handicap, ne justifiait pas d'une insertion professionnelle lui permettant de disposer de revenus autonomes stables", relève la Cour qui a logiquement annulé la décision du ministre. La Cour suit la jurisprudence du Conseil d'Etat qui, le 11 mai dernier (lire l'actualité du 11 août 2016), avait jugé que l'autorité administrative ne pouvait rejeter la naturalisation ou la réintégration dans la nationalité française en invoquant le handicap du demandeur ou les ressources accordées pour le compenser. Dans le cas soumis à la Cour nantaise, le demandeur percevait l'AAH pour un taux d'invalidité inférieur à 80%.

Dimanche 19 mars - La perle de la semaine.

De la visite à l'Imprimerie nationale de la secrétaire d'État aux personnes handicapées, Ségolène Neuville, résulte au sujet de la nouvelle Carte Mobilité Inclusion un article de La Voix du Nord rempli de "post-vérités", terme à la mode qui désigne... la propagande. "La nouvelle carte mobilité inclusion (CMI) est aussi infalsifiable qu'un passeport biométrique", proclame le quotidien. Des faux passeports biométriques aussi vrais que les vrais sont pourtant en circulation. "Pour le cas, poursuit le journaliste, où des petits malins réussiraient quand même à produire un document vaguement ressemblant, la carte authentique sera équipée d'un flash code (le carré noir en bas à gauche de la carte) qui permettra aux agents de la voie publique de vérifier d'un coup de smartphone qu'ils n'ont pas affaire à un faux." Certes, mais quand ces agents disposeront d'un lecteur de flash-code, soit dans un certain nombre d'années. "Jusqu'à présent, les trois cartes étaient fabriquées à la main par les agents des Maisons départementales des personnes handicapées. Les délais d'attente pouvaient aller jusqu'à quatre mois. Désormais, l'Imprimerie nationale fabrique la CMI en quarante-huit heures et l'expédie directement au domicile de l'usager." Rien ne change, le délai d'instruction de la demande atteint voire dépasse quatre mois et si l'Imprimerie Nationale fabrique le document en 48 heures, ce ne sera qu'après avoir reçu notification de la décision prise par la Commission des Droits et de l'Autonomie de la Personne Handicapée. "Et cela en représente, du monde... 230 000 personnes rien que pour le Nord : 10% de la population", conclut le journaliste. À l'échelle nationale, cela ferait donc 6,6 millions de personnes... et donc de cartes !

Vendredi 17 mars - Médias/Politique - Pour des débats accessibles.
Secrétaire national "handicap" du parti Les Républicains et conseiller municipal aveugle de Saint-Herblain (Loire-Atlantique), Matthieu Annereau a publié la semaine dernière, lors de la Journée Nationale de l'Audition, un appel à une accessibilité aux téléspectateurs déficients auditifs des débats politiques entre candidats à l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai prochains. "Je souhaite profiter de cette journée pour lancer un appel à ce que les débats télévisés de la présidentielle, et tout particulièrement le premier, qui se déroulera le 20 mars prochain sur TF1, soient retranscrits en langue des signes (LSF) et utilisent un sous-titrage adapté." Le service de l'information de TF1 précise que le débat sera sous-titré en direct pour les personnes malentendantes mais sans interprétation en Langue des Signes Française pour celles qui sont sourdes. Egalement interrogé, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel rappelle l'obligation de sous-titrage appliquée aux chaines de télévision qui réunissent plus de 2,5% de l'audience, et précise qu'elles n'ont aucune obligation en matière de LSF. Il renvoie a sa délibération du 4 janvier 2011 sur les services de radio et de télévision en période électorale, stipulant que "les éditeurs de services de télévision dont l'audience moyenne annuelle dépasse 2,5 % de l'audience totale sont tenus d'assurer l'accès, par sous-titrage ou langue des signes, des personnes sourdes ou malentendantes à l'ensemble des programmes consacrés à l'actualité électorale." Pour le CSA, l'accessibilité des débats et émissions politiques en périodes électorales doit donc être assurée soit par sous-titrage soit par LSF, mais pas nécessairement les deux à la fois.

Jeudi 16 mars - Tourisme - Balaruc-les-Bains devient Destination pour Tous.

La cité balnéaire, thermale et sportive de Balaruc-les-Bains (Hérault) obtient la marque Destination pour Tous au terme du 3e appel à candidatures lancé par les services du ministère de l'Economie et des finances. Balaruc avait participé en 2011 à l'expérimentation de ce qui devait alors n'être qu'un label, mais n'avait finalement pas postulé. La ville et son office de tourisme avaient poursuivi leurs efforts pour devenir une destination confortable pour les visiteurs handicapés, ce qui permet à la cité d'être la seconde Destination pour Tous délivrée en France à ce jour.

Jeudi 16 mars - Politique - Hamon répond à une lettre ouverte.

Le candidat socialiste Benoit Hamon à l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai répond dans une tribune à la lettre ouverte publiée lundi dernier (lire ci-dessous) par une quinzaine de personnalités du monde du handicap. En préambule, il déclare que "c'est un sujet de fond, qui donne sens à la société inclusive et bienveillante que je souhaite construire." Après avoir rappelé que 280.000 enfants et jeunes handicapés étaient scolarisés, il annonce vouloir permettre "au personnel aidant encore en contrat précaire, d'accéder dès la rentrée 2017 à un emploi d'AESH (60.000 postes au total)", réduire "les effectifs dans les classes fréquentées par des élèves avec handicap et [encourager] le rapprochement avec les établissements spécialisés." Les crédits de création de places seront sanctuarisés, le 3e plan Autisme évalué avant d'en lancer un 4e, un ministère à part entière conduira une politique d'accessibilité universelle, les procédures de mesure du taux d'emploi des salariés handicapé et d'aménagement des postes de travail seront simplifiées, l'Allocation aux Adultes Handicapé sera augmentée dès 2017 de 10% (soit 80€ par mois) comme tous les minima sociaux et articulée avec le futur Revenu universel d'existence. "Ma volonté est de faire de l'accessibilité et de la conception universelle un des principes fondamentaux de la 6e République", conclut Benoit Hamon.

Mercredi 15 mars - Politique - Cote de confiance.

Seulement 8% des citoyens handicapés font confiance aux hommes politiques. Ils étaient encore 36% à émettre un avis positif sur les politiciens en 2007. Cette défiance est le principal enseignement de la consultation par l'Ifop courant février, pour le compte de l'Association des Paralysés de France, de 3.600 personnes handicapées et 1.200 parents ou aidants. En parallèle, l'institut a sondé un millier de personnes représentatives du grand public; celles-ci ne sont que 20% à faire confiance aux politiciens. Sur les dix dernières années, 65% des répondants handicapés estiment que leur niveau de vie s'est détérioré, de même que 52% en matière d'accès au monde du travail et à la vie professionnelle, 44% pour la vie en société, 48% pour les aides à l'autonomie, 42% pour les soins. Le sentiment est plus positif pour l'accessibilité aux loisirs et à la culture (29%), aux transports (34%) et aux contenus numériques (52%). 79% estiment vivre difficilement de leurs revenus, 76% considèrent que la compensation de leur handicap ne s'est pas améliorée. A la différence du grand public, les répondants jugent prioritaires l'amélioration de leurs allocations ou pensions pour sortir de la pauvreté et de la précarité (54% contre 17%) et du financement des aides humaines et matérielles liées au handicap (49% contre 26%); le grand public estime prioritaire l'accès à l'emploi (39% contre 27%), aux lieux publics et aux transports (36% contre 23%). Ces résultats témoignent d'un net décalage de perception des difficultés de vie quotidienne. Les électeurs handicapés sont deux fois plus nombreux à vouloir voter à gauche pour Jean-Luc Mélenchon (24%) que le grand public, leur second candidat préféré étant le socialiste Benoit Hamon (21,5% contre 14%). Le score d'Emmanuel Macron est exactement inverse, celui du candidat unique de la droite et du centre, François Fillon, moins élevé encore (12% contre 18% pour le grand public). Enfin, si la candidate d'extrême-droite, Marine Le Pen, est en tête des intentions de vote du grand public (27%), elle n'est que troisième chez les citoyens handicapés (21%).

Mardi 14 mars - Justice - Un SDF handicapé vole un voyageur handicapé.

Le Tribunal Correctionnel de Lille (Nord) a condamné à six mois de prison et révocation d'un précédent sursis un quinquagénaire sans domicile fixe qui avait volé un homme en fauteuil roulant, à la gare de Lille Flandres. Il avait prétexté d'aider le voyageur à entrer dans un ascenseur mais s'était saisi du sac de la victime juste avant que les portes de l'engin se ferment. Le voleur, précédemment condamné pour une quarantaine de larcins et qui perçoit l'Allocation aux Adultes Handicapés, a été confondu par la vidéosurveillance.

Lundi 13 mars - Politique - Lettre ouverte aux candidats.

Une quinzaine de "personnalités du monde du handicap" ont publié une lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle des 23 avril et 7 mai pour dénoncer leur désintérêt supposé des personnes handicapées. Ils demandent une réévaluation de l'Allocation aux Adultes Handicapés, des solutions d'accueil innovantes et de désinstitutionnalisation, l'application de la législation sur l'accessibilité en intégrant les réalités du terrain et les contraintes des petits exploitants et commerces, améliorer la formation handicap des auxiliaires de vie scolaire (AVS) et des enseignants, ainsi que celle des travailleurs handicapés. En pratique, Emmanuel Macron a rendu public ses propositions (lire l'actualité du 2 mars), de même que Marine Le Pen le 6 mars (lire ci-dessous). Jean-Luc Mélenchon a diffusé les siennes sur la santé, et précisé qu'il en formulerait sur le handicap en complément de son intervention le 11 février dernier lors d'une rencontre avec des candidats organisée par l'ANPIHM. Enfin, le candidat unique de la droite et du centre, François Fillon, a récemment publié 13 propositions.

Lundi 13 mars - Allocations - La Gironde veut le revenu de base.

Le Conseil Départemental de Gironde a adopté une motion demandant au Gouvernement actuel ou futur d'élaborer et présenter au Parlement un projet de loi d'expérimentation départementale d'un revenu de base. Cette collectivité souhaite l'expérimenter, affirme vouloir ainsi lutter contre la pauvreté et sécuriser les parcours socioprofessionnels des personnes concernées dans le respect de leur projet de vie. Cette initiative concerne tous les bénéficiaires de minima sociaux, dont les personnes handicapées ou âgées en perte d'autonomie.

 

 

Samedi 11 mars - Surdité/Loisirs - Tombé dans l'oreille d'un sourd.
Dans un roman graphique de près de 200 pages paru chez Seinkis, Grégory Mahieux, assisté au scénario d'Audrey Levitre, raconte les dix premières années de vie de ses jumeaux nés avant terme, l'un sourd, l'autre avec une empoisonnante intolérance alimentaire. Une bonne partie des péripéties est connue de la plupart des parents (annonce sans soutien psychologique du handicap, atermoiement sur les diagnostics et thérapies, engrenage des dossiers en tous genres, impact sur le couple et les proches, refus d'intégration scolaire par des enseignants...), le récit étant mis en images réalistes et subjectives par Grégory. On y découvre le piétinement permanent par les professionnels du libre choix du mode de communication de l'enfant, un enseignant spécialisé allant jusqu'à le contraindre à s'exprimer uniquement en langue des signes ! Ses parents ont pourtant fait un autre choix, réfléchi, raisonné : l'oralisation avec implant cochléaire en complément de la LSF. Et leur fils leur donne raison, en devenant à 10 ans un violoncelliste qui joue en concert public... Tombé dans l'oreille d'un sourd, par Grégory Mahieux et Audrey Levitre, éditions Stienkis, 22€ en librairies. Lire également cette interview de l'auteur.

  Image : couverture de 'Tombé dans l'oreille d'un sourd'.

 

Vendredi 10 mars - Médias/Sports - Consultation sur le sport.
Les ministres chargés de la Culture, de la communication et des Sports lancent une consultation publique relative à la diffusion sur les chaines de télévision d'accès libre d'événements sportifs d'importance majeure. Elle s'inscrit dans la continuité du rapport que le sénateur socialiste David Assouline a remis sur ce sujet au Gouvernement, le 21 novembre 2016. Le public est invité à répondre à deux questions portant sur la liste des événements concernés et des modifications souhaitées du décret qui les concerne. Il est donc possible de demander une couverture en direct d'événements handisport, et l'accessibilité des événements sportifs majeurs aux téléspectateurs déficients sensoriels au moyen de sous-titrage de qualité, d'interprétation en Langue des Signes Française et d'une audiodescription.

Jeudi 9 mars - Justice/Cécité - Dealer aveugle à Metz.

Un trafiquant de drogue âgé de 25 ans, devenu aveugle depuis une agression avec un de ses clients, a été condamné à un an de prison ferme et un autre avec sursis par le Tribunal Correctionnel de Metz (Moselle). Il opérait dans un quartier de cette ville gràce à sa compagne qui assurait les livraisons d'héroïne et cocaïne aux clients. Celle-ci a été condamnée à dix mois de prison avec sursis. Le dealer, bien que récidiviste, n'a pas été incarcéré.

Jeudi 9 mars - Emploi - Déshabiller Pierre pour habiller Paul.

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, et sa collègue en charge des Personnes handicapées, Ségolène Neuville, ont signé avec les acteurs du secteur un "contrat de développement responsable et performant du secteur adapté". Il prévoit la création de 5.000 aides au poste supplémentaires dotées de 75 millions d'euros, pour la période 2017-2022. Ce montant ne couvre toutefois qu'une année de financement de ces 5.000 postes, et les ministères concernés n'ont pas voulu préciser les modalités de financement effectif de la totalité de ce contrat. En fait, un complément de financement sera prélevé au détriment des crédits affectés aux contrats uniques d'insertion et emplois d'avenir, répond le même jour le ministère du Travail à une question écrite de la sénatrice communiste Annie David : cette "fongibilité pourra concerner jusqu'à 1.319 contrats aidés, soit l'équivalent de 250 aides au poste". C'est donc en réduisant les contrats aidés, qui sont en partie assurés par les ponctions en 2017 de 59 millions d'euros sur les deux Fonds d'insertion professionnelle des personnes handicapées FIPHFP et Agefiph, que les ministres financeront la création d'aides au poste dans des Entreprises Adaptées, alors que la loi interdit à ces fonds de le faire volontairement. Il reviendra au Gouvernement issu des élections présidentielles et législatives et mai et juin de mettre ce contrat en oeuvre, comme François Fillon alors Premier ministre l'avait fait le 22 décembre 2011. Le Gouvernement suivant avait décidé de suspendre puis d'étaler sur le quinquennat de François Hollande la création des 3.000 aides au poste que prévoyait le filloniste "Pacte national pour l'emploi dans l'entreprise adaptée".

Mercredi 8 mars - Justice/Parents - Des soins pour Marwa.

Les parents d'une enfant âgée de 15 mois, Marwa, ont obtenu en référé du Conseil d'Etat le maintien des soins de la fillette polyhandicapée du fait d'une attaque virale en septembre dernier. Hospitalisée au Centre Hospitalier Universitaire de La Timone à Marseille (Bouches-du-Rhône), les médecins avaient décidé le 4 novembre s'arrêter les soins, la ventilation mécanique et l'alimentation artificielle pour laisser mourir l'enfant, contre la volonté de ses parents qui veulent préserver l'espoir d'une rémission. Les médecins avaient déjà été contraints le 8 février par le Tribunal Administratif de Marseille à poursuivre les soins. Le juge du Conseil d'Etat dans une décision définitive a estimé qu'en fonction "des éléments médicaux et non médicaux, les conditions posées par la loi n'étaient pas remplies" pour mettre fin à la vie de l'enfant. Rappelons que cette loi sur la fin de vie dite Leonetti (modifiée le 2 février 2016) n'autorise pas l'euthanasie mais donne aux médecins le droit souverain de décider d'arrêter les soins et de laisser mourir de faim et de soif, les parents n'ayant qu'un avis consultatif, l'auteur de la loi étant lui-même médecin...

Mardi 7 mars - La perle de la semaine.

Le candidat issu des Primaires de la droite et du centre, François Fillon, a irrité des personnes autistes, des parents, associations de défense et téléspectateurs. La faute à l'interview télévisée accordée dimanche soir après la manifestation parisienne de soutien à sa candidature, pendant laquelle il s'est défendu quatre fois d'être "autiste". Les protestataires déplorent qu'une fois de plus un terme qualifiant une pathologie soit employé de façon stigmatisante pour ceux qui le vivent, les marquant du sceau de l'enfermement. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a rapidement reçu une cinquantaine de signalements de téléspectateurs, un hashtag #jesuisautiste s'est diffusé sur Twitter, la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, Ségolène Neuville, lui a répondu dans le Huffington Post en rappelant qu'il avait en 2012 alors qu'il était Premier ministre fait de l'autisme une Grande cause nationale. "Autiste" a été à maintes reprises utilisé ces dernières années par des politiciens pour qualifier certains de leurs adversaires, les protestations de personnalités et associations finissant par les obliger à changer d'injure, ce que François Fillon a visiblement oublié.

Mardi 7 mars - Parisot et sa Perle.

Fidèle lecteur de notre magazine, le préfet diacre myopathe Jean-Christophe Parisot tient à rectifier deux erreurs figurant dans La perle de la semaine du 2 mars (lire ci-dessous). D'une part, concernant la publicité de la procédure de changement de nom : "Contrairement à ce que laisse entendre l'article, il n'y a qu'un seul moyen pour le faire : faire examiner les documents justifiant la demande par le Service du Sceau relevant du Ministère de la Justice. Cet examen minutieux des preuves, qui dure plusieurs mois, ne peut se réaliser qu'après avoir publié la demande dans plusieurs journaux afin de la rendre publique.. Ecrire que j'ai utilisé 'une procédure sans publicité' est donc inexact et travestit gravement la vérité puisqu'elle est obligatoire. Le JO du 11 juin 2011 et Le Hérault juridique et économique du 9 juin 2011 ont rendu publique cette demande contrairement à ce que vous écrivez." Si Monsieur Parisot a raison, il convient de préciser que ces publications n'ont été diffusées que sur les éditions papier vendues sur abonnement, le Journal Officiel en ligne sur Legifrance ne reprenant pas ces annonces. D'autre part au sujet de son ascendance : "Votre article prétend que je descends en réalité 'd'une soeur de l'épouse de Bayard', ce qui est absurde puisque Bayard ne s'est jamais marié." Voilà ce que c'est de mal se relire : effectivement le chevalier Bayard n'a eu ni épouse ni enfant légitimé. Il n'en demeure pas moins qu'écrire ou laisser croire à l'opinion que le préfet diacre Jean-Christophe Parisot descend du chevalier Bayard relève de l'imposture.

Lundi 6 mars - Politique - Marine Le Pen et l'AAH.

Présidente du Front National et candidate de ce parti aux élections présidentielles des 23 avril et 7 mai prochains, Marine Le Pen annonce sur son blog de campagne son intention d'augmenter l'Allocation aux Adultes Handicapés de 200€ par mois pour qu'elle atteigne au moins le seuil de pauvreté. Son calcul ne tiendrait plus compte des revenus du conjoint, ce qu'aucun autre candidat ne propose (lire ce Flop). Elle envisage également d'accroitre les moyens humains des Maisons Départementales des Personnes Handicapées et d'accélérer leurs procédures, de renforcer les sanctions contre les entreprises qui n'atteignent pas l'obligation d'emploi et d'augmenter les aides pour y parvenir, d'accélérer la mise en accessibilité des bâtiments recevant du public et de créer un standard d'accessibilité à destination des Français atteints d'un handicap auditif ou visuel. "Le handicap n'est pas un frein, il faut voir dans chaque personne en situation de handicap une richesse", conclut la candidate. On remarquera toutefois que ces propositions ne concernent que les Français, cités à plusieurs reprises, ce que confirme le service de presse de la candidate dont l'essentiel des mesures ne serait donc pas appliqué aux étrangers résidant en France.

 

 

Samedi 4 mars - Culture - Guide pour des expositions accessibles.
Il aura fallu sept ans au ministère de la culture pour élaborer un quatrième guide thématique d'accessibilité téléchargeable, consacré à la réalisation d'expositions et de parcours de visites. Il en présente les grands principes, dont ceux de l'accessibilité universelle, les diverses responsabilités et répartition des rôles et des tâches à accomplir, la conception d'un parcours de visite accessible à tous en détaillant les points techniques à prendre en compte. Une section est consacrée à la muséographie, dont le mobilier, l'ergonomie, le confort d'usage, les distances, l'éclairage, etc. Les informations techniques devraient être connues de tout bon muséographe, l'expérience montrant qu'ils ont encore à apprendre dans ce domaine. Les précédents guides ont tous été publiés avant la réforme de l'accessibilité du 26 septembre 2014 et sont donc partiellement obsolètes; ils traitent des équipements culturels et le public des personnes handicapées mentales (2010), de l'accessibilité du spectacle vivant (2008) et de culture et handicap (2007).

  Image : Couverture du Guide pour des expositions accessibles.

 

Vendredi 3 mars - Cécité/Vie Autonome - 5.000e chien guide.
L'Association des Chiens Guides d'Aveugles - Centres Paul Corteville (Roncq, Nord) remet aujourd'hui le 5.000e chien guide d'aveugle attribué par une des organisations membres de la Fédération Française des Associations de Chiens guides d'aveugles (FFAC) créée il y a 45 ans. Il s'agit d'un labrador noir âgé de deux ans, Joos, désormais confié à une kinésithérapeute, Anne Rolland. La première remise d'un chien guide remonte à 1952, par Paul Corteville, fondateur de l'Association Chiens Guides d'Aveugles. Depuis 65 ans, le nombre de chiens guides remis chaque année a progressé, l'élevage et l'éducation de ces animaux étant financés par des actions de charité. D'autres associations (Centre Indépendant, Unadev) élèvent et éduquent des chiens guides, dont le chiffre de remise depuis leur création ne figure pas dans celui que communique la FFAC puisqu'elles n'en sont pas adhérentes ou en ont été exclues.

 

 

Jeudi 2 mars - La perle de la semaine.
Le préfet et diacre myopathe Jean-Christophe Parisot, fondateur de feu le Collectif des Démocrates Handicapés qu'il dirigea d'une main de fer, voudrait être assimilé au Chevalier Bayard "sans peur et sans reproche". Après avoir réussi à obtenir du Conseil d'Etat au moyen d'une procédure sans publicité de relever le nom "de Bayard" qu'il accole désormais à son patronyme, il est parvenu à faire croire à quelques journalistes qu'il en était le descendant. Or, relève Le Point, Bayard "laissa derrière lui une fille naturelle, sans descendance connue. Ce qui indique déjà que le sieur Parisot ne peut pas descendre en droite ligne de son chevalier." Ce qu'il confirmait déjà dans un message adressé à notre rédaction le 19 avril 2014 : "Je descends de Catherine Alleman de Séchilienne-Laval, la tante du Chevalier Bayard. La descendance de Bayard étant éteinte depuis 1875, j'ai été autorisé à relever le nom de Bayard par décret du 14 juillet 2012." En fait, Jean-Christophe Parisot descend d'une soeur de l'épouse de Pierre III du Terrail seigneur de Bayard : ne coule donc dans ses veines aucune goutte de sang du valeureux guerrier. Mais à l'occasion de la présentation publique de restes du crâne présumé du célèbre chevalier, Jean-Christophe Parisot a pu faire croire que son "ancêtre" était identifié grâce à son ADN, réalisé par un généticien controversé dont les travaux sont contestés par la communauté scientifique et qui n'a pas été invité à la présentation publique des résultats de sa propre étude ! Vanitas...

  Image : Jean-Christophe Parisot.

 

Jeudi 2 mars - Politique - Macron, programme et approximations.
Candidat aux élections présidentielles des 23 avril et 7 mai prochains, l'ancien Secrétaire général adjoint de la présidence de la République française (2012-2014) puis ministre de l'économie et des finances (2014-2016) du gouvernement de Manuel Valls, Emmanuel Macron, a enfin présenté son programme. Parmi les innombrables propositions, une partie concerne directement les personnes handicapées : "priorité à l'accessibilité des transports publics et de la voirie" mais réduction de l'obligation d'accessibilité numérique à "une plateforme numérique collaborative pour généraliser des bonnes pratiques locales", augmentation de 100 euros par mois de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) sans en préciser le délai (au début ou à la fin du quinquennat ?), affectation d'un(e) auxiliaire de vie scolaire à tous les élèves qui en ont besoin (ce qui existe déjà). En matière de santé, le candidat souhaite mettre en place pendant son quinquennat la prise en charge à 100% des lunettes et des prothèses auditives et dentaires sur la base de contrats-types, et suspendre la généralisation du tiers-payant. Dans l'ensemble, ce programme reprend en les complétant des actions déjà réalisées ou en cours. Enfin, selon Emmanuel Macron, il n'y aurait que 20.000 enfants non scolarisés (l'Unapei estime leur nombre à 47.000) et 130.000 travailleurs handicapés en emploi (environ 1,6 millions en fait) et le recensement des logements adaptés doit reposer sur ceux qui sont en "rez-de-chaussée accessibles sans marche depuis le trottoir".

 

 

Jeudi 2 mars - Médias/Handicap mental - Présentatrice météo trisomique.
Mélanie Ségard, jeune trisomique âgée de 21 ans, sera le 27 mars prochain la présentatrice de la séquence Météo sur France 2. Elle a décroché ce job d'un jour à la faveur d'un appel vidéo Facebook qui a recueilli 125.000 like en trois jours. Elle devrait également officier sur BFM TV le même jour.

Mercredi 1er mars - Loisirs - Patients au cinéma.
Aujourd'hui sort en salles de cinéma l'adaptation du récit de Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, du long parcours de rééducation au terme duquel il a retrouvé l'usage de ses jambes et ses bras après l'accident de piscine qui l'avait rendu tétraplégique. Réalisé par lui-même et Mehdi Idir, le film reprend le récit biographique publié en 2012, tourné sur les lieux de son séjour, le centre de rééducation fonctionnelle de Coubert (Seine-et-Marne). On en découvre la vie quotidienne telle que vécue par Fabien Marsaud (Ben dans le film, remarquablement interprété par Pablo Pauly), entre réveil après l'accident, arrivée en rééducation et apprivoisement d'une communauté de patients provenant de différentes banlieues plus ou moins difficiles, entre retour à l'existence et vannes entre copains. Une vision très subjective de la vie en centre de rééducation, avec ses enjeux, frustrations, joies et déceptions, et même une histoire d'amour qui finit mal. Mais avec une fin optimiste puisque Fabien Marsaud est sorti debout de rééducation... Patients, film de Grand Corps Malade et Mehdi Idir, en salles de cinéma partout en France.

  Image : affiche du film 'Patients'.

>> Actualités précédentes



Retrouvez-nous sur Facebook ! | ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2017. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page