Focus
  L'intérim nouveau est arrivé !
  Autorisées par la réforme du travail de septembre 2018, les premières Entreprises Adaptées de Travail Temporaire sont censées constituer un marchepied pour les travailleurs handicapés vers le milieu ordinaire. Présentation de deux d'entre elles.


 

          Agréées depuis novembre 2019, les six premières Entreprises Adaptées de Travail Temporaire (EATT) ont lancé leur activité dans un cadre expérimental. Parmi elles, Handishare qui va couvrir la région Auvergne-Rhône-Alpes et Kliff par Ranstad dont la première agence a été inaugurée mi février au pied du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Célèbre acteur international du travail temporaire, Ranstad s'est associé à Fastroad, groupe d'Entreprises Adaptées spécialisées dans le transport, pour créer un réseau spécifique EATT, Kliff par Randstad qui pourrait compter cinq agences d'ici 2022 pour un développement national. L'objectif de cette joint-venture sociale, qui ne distribuera pas de dividendes pour privilégier l'investissement matériel et la création d'emploi, c'est 30% d'emploi durable et 250 travailleurs handicapés "traités" cette année. "Tous les métiers liés au travail temporaire seront importants en terme d'offre de service, précise Manuel Bonnet, président de Kliff par Randstad et cofondateur de Fastroad. A partir du moment où une personne passe le pas de la porte, on la prend en charge et en fonction de ses compétences et de son expertise, avec ou sans diplôme, on sera capable de l'accompagner pour le mettre en parfaite harmonie avec nos clients." Les aptitudes de chaque travailleur seront évaluées, autant sur ses compétences professionnelles que les capacités et incapacités pour lui proposer des missions adéquates. "Pour les inter-missions, ajoute Manuel Bonnet, qui peuvent durer un mois puis s'interrompre chez un employeur et reprendre chez un autre, il nous reviendra d'accompagner le travailleur pour continuer à le professionnaliser."

C'est Marie Boë, elle-même travailleuse handicapée, qui a la tâche de chercher des candidats potentiels correspondant aux missions proposées par les clients de Kliff. "Je vais sourcer les candidats handicapés sur différents sites web, pour repérer leurs profils, compétences, besoins d'adaptation de poste de travail, pour les proposer aux entreprises." Elle manque toutefois encore de recul pour envisager de placer des travailleurs nécessitant une adaptation matérielle, physique, d'un poste de travail, et travaille actuellement plutôt sur les handicaps invisibles. D'autant plus que le service public de l'emploi reste fermé aux entreprises de travail temporaire. "Il faudrait que les 500.000 travailleurs handicapés inscrits à Pole Emploi soient plus facilement accessibles aux acteurs du secteur privé dont c'est le métier, estime François Béharel, président du groupe Ranstad. Pour moi, quelqu'un qui est en situation de handicap et qui s'inscrit à Pole Emploi devrait, avec son accord, rejoindre l'ensemble des bases de données de tous les acteurs de l'emploi en France, il y a des passerelles à créer."

 

Signature convention Paprec & Kliff.

 

Autre Entreprise Adaptée à se lancer dans l'intérim, Handishare est nettement plus modeste; sa fondatrice et directrice,  Patricia Gros, entend rester à taille humaine. Pour sa nouvelle branche, elle veut privilégier les missions longues : "C'est presque du Contrat à durée déterminée organisé, des missions qui vont s'anticiper pour les entreprises d'accueil et les travailleurs. Cela ne se fait pas du jour au lendemain. C'est un projet que j'ai depuis 8 ans, on l'avait présenté à la DIRECCTE [Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi d'Auvergne Rhône-Alpes]. Le statut d'Entreprise Adaptée de Travail Temporaire permet de le réaliser. On travaille avec Adecco depuis huit ans, ils étaient partants dès 2019. On avait fait des propositions il y a deux ans et demi, que nos clients ont cosignées, rendues publiques à la suite de rapports au Gouvernement. Toutes ces idées conjuguées ont conduit au statut d'EATT."

Patricia Gros estime que ce statut n'apporte rien de plus par rapport à celui d'entreprise de travail temporaire d'insertion (ETTI) mais qu'il s'agit d'une question de budgets dans les DIRECCTE : "La seule différence c'est le droit d'employer en intérim sans motif préalable." En France, les politiques d'emploi dites "en silo" font que ce qui est prévu pour un type de public ne s'applique pas à un autre : l'Entreprise Adaptée est pour les travailleurs reconnus handicapés, l'Entreprise d'Insertion pour les personnes en grande difficulté sociale. Si ces deux publics peuvent se superposer, la prise en charge existe en fonction de critères administratifs stricts et les personnes concernées dépendent d'un système mais pas de l'autre. Pour l'instant. "Mélanger insertion et handicap est une bêtise, ajoute Patricia Gros. C'est un amalgame de technocrates !"

Si le coeur de métier d'Handishare sont les fonctions support, son activité de travail temporaire porte sur d'autres métiers : logistique, transport, production prochainement. "On a démarré officiellement fin janvier, poursuit Patricia Gros. Lors de la première mission, le travailleur est accompagné par la directrice de l'agence, avec un support au besoin, de la formation, au cas par cas. On a une centaine de travailleurs en fichier, et cinq missions en cours de démarrage." Elle lance progressivement cette nouvelle activité, sans brûler les étapes : "Je n'aime pas le démarrage en trombe. On veut faire le job correctement, valider étape par étape. Si on réalise une dizaine d'équivalent temps-plein sur 2020, ce serait déjà pas mal."

C'est Maud Georget, forte de vingt années de pratique en ressources humaines, qui gère l'activité travail temporaire d'Handishare : "On a une offre très différenciée, des missions longues et qualifiantes pour nos intérimaires. Notre objectif est d'apporter des pierres blanches sur les CV, lister les freins à l'emploi pour les lever." A court terme, cette branche pourrait occuper quatre personnes en s'appuyant sur l'activité globale d'Handishare et son offre diversifiée en emploi direct et indirect. L'objectif est de permettre à un maximum de gens de se reconvertir, en collaborant avec le service public. "Les missions de Pole Emploi sont réorientées, conclut Maud Georget, on travaille avec un Pole Emploi dynamique avec lequel ça se passe bien. J'explique aux prescripteurs que je ne suis pas un ESAT. Les EATT visent les personnes qui ont un projet professionnel validé. Cela peut être un essai long pour ne pas prendre de risques. Pouvoir remettre en emploi des personnes en difficulté est un vrai plus."


Propos recueillis par Laurent Lejard, mars 2020.

 



| ACCUEIL | MÉL | NEWS | ESPACES | VIE PRATIQUE | TRIBUS | NEWSLETTER | EMPLOI | ARCHIVES |


| ISSN 1777-5191 | Informations légales | Plan du site |

© Yanous! 2020. Reproduction et diffusion interdites sans autorisation.


Fin de page